Menu Content/Inhalt
Accueil arrow Nouvelles - Noticias arrow TISA-TTIP-CETA, Pesticides
TISA-TTIP-CETA, Pesticides Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

L’Accord sur le Commerce des Services (ACS) appelé TISA est négocié depuis février 2012 à Genève, en dehors des règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), et dans une extrême opacité. Actuellement, les gouvernements de 22 Etats sont engagés dans ces négociations; USA, Canada, Australie, Japon, Suisse, Liechtenstein, Islande,  Norvège, Turquie, Israël, Maurice, Mexique, Panama, Colombie, Pérou, Chili, Costa Rica, Taipei chinois, Hong Kong (Chine), Nouvelle-Zélande, Pakistan, Corée du sud, ainsi que la Commission européenne (qui représente les 28 Etats membres de l'UE). L'Uruguay et le Paraguay se sont retirés des négociations.

Depuis 2012, les parlementaires européens et nationaux ne sont pas informés du contenu de ces négociations, ce qui est foncièrement antidémocratique ! Les citoyens, syndicats, ONG et autorités régionales doivent aussi être mis au courant et consultés sur cet accord qui les concerne directement.
Le 3 février 2016, le Parlement européen a voté une Résolution non contraignante demandant à la Commission européenne (organe exécutif de l'UE) de changer d'orientation, afin de protéger les droits des citoyens, des travailleurs et consommateurs. Le besoin de transparence est l'une des recommandations des parlementaires, en tant que principe démocratique fondamental dans la négociation d'accords commerciaux.

TISA vise à « commercialiser » la quasi-intégralité de nos services publics, les Entreprises détenues par l'Etat, et certains services privés, en les mettant en concurrence avec les services fournis par les multinationales, lesquelles ont uniquement pour but de faire du profit. La fuite de Wikileaks du 15 septembre 2016 et le Rapport de la Commission européenne de la 21e ronde de négociation confirment que TISA devrait comprendre un mécanisme de règlement des différends Etat contre Etat.
https://wikileaks.org/tisa/document/201609_TiSA_Institutional-and-dispute-settlement-provisions/page-1/#pagination  http://trade.ec.europa.eu/doclib/docs/2016/november/tradoc_155095.pdf    

Dès septembre 2013, la fédération syndicale "Internationale des services publics (PSI-ISP)" et le réseau "Notre monde n’est pas à vendre (http://notforsale.mayfirst.org/fr)" ont dénoncé publiquement les négociations secrètes qui ont lieu à Genève sur TISA. 

Au niveau européen et mondial, des organismes faîtiers représentant la société civile se sont positionnés tels la Confédération syndicale internationale (CSI), la Confédération européenne des syndicats (CES/ETUC), le Comité des Régions de l’Union européenne (CdR). De plus, 341 organisations représentant des centaines de millions de personnes du monde entier ont appelé les gouvernements à abandonner les discussions sur TISA. (voir ci-après)

En Suisse, le Syndicat national des services publics, des ONGs, associations et syndicats, deux partis politiques (PS et Verts) et des élus de gauche et de droite ont clairement marqué leur opposition à TISA. Plusieurs Villes et communes se sont symboliquement déclarées "zone hors-TiSA". Le Parlement du canton de Genève s'est également positionné contre cet accord, à une large majorité, comme en Ville de Genève. Des parlementaires nationaux ont interpellé le gouvernement suisse.

Malgré les informations diffusées par la presse et les entités précitées, nous constatons, au fil des mois, que la population suisse est très peu au courant de l'existence des méga-traités commerciaux initiés dans les années 1990 (ALENA, CETA, TPP, TTIP, JEFTA/Japon-UE). Parmi eux, l'Accord sur le commerce des services (TISA) semble être le traité le moins connu. Il est par conséquent peu contesté par la population, malgré le danger qu'il représente. 

Dès lors, chacun-e d'entre nous peut agir pour préserver notre environnement et nos acquis sociaux, en informant nos proches, et en interpellant nos autorités locales ! Voici une image très "parlante" de Stop Tafta : https://stoptafta.wordpress.com/2016/02/19/tafta-ceta-tisa-hors-tafta-ou-en-sont-nos-actions/

Page créée par l'Adetra le 25 février 2016, mise à jour le 15 août 2018
Ajout de ce jour :
Entretien du 25/07/2018 avec Younous Omarjee, député européen de la France insoumise sur l'affaire Benalla-Macron

  

* * * * * * *
 
 
RECENTES NOUVELLES
 

Roundup - glyphosate

Le 11 août 2018 : Roundup/glyphosate: Monsanto condamné à verser 289M$ à Dewayne Johnson, jardinier qui a utilisé le Roundup de 2012 à 2014, et à qui il ne reste que 2 ans maximum à vivre (lymphome), réactions de Dewayne Johnson, Scott Partridge, vice-président de Monsanto, Marie-Monique Robin, journaliste d'investigation, Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, Laurent Pinatel, porte-parole de la Confédération paysanne, François Veillerette, cofondateur et porte-parole de Générations Futures, association qui a participé à l'Initiative Citoyenne Européenne pour la fin du glyphosate, Paul François, céréalier charentais, victime de Monsanto qui a fait condamner Monsanto en appel en 2015, décision annulée en cassation en 2017, affaire rejugée en 2019, François Lafforgue, avocat de Paul François, David Cormand, Secrétaire national Europe Écologie-Les Verts, Ségolène Royal, ancienne ministre de l'Environnement, Bruno Parmentier, consultant en agriculture et alimentation, Christopher Mesnooh, avocat aux barreaux de Paris et New-York, Arnaud Gossement, avocat spécialiste du droit de l'environnement - 11.08.2018 - France et États-Unis. https://www.youtube.com/watch?v=TICD_GT3zgk

 

 
Yell Dans l'indifférence générale l'UE et le Japon ont signé le JEFTA
  • Le 16 avril 2018, communiqué d'Arnaud Zacharie, CNCD-11.11.11 : https://www.cncd.be/Accord-commercial-UE-Japon-pas-d
    En tant que coordination, le CNCD-11.11.11 interpelle les instances politiques nationales et internationales sur leurs responsabilités en matière de coopération au développement et de solidarité internationale.
 

Note de l'Adetra :

Nous référant à l'article de Martine Orange du 17 juillet 2018, paru dans Mediapart :
" Selon les documents obtenus par l’ONG Corporate Europe Observatory (CEO) auprès de la Commission européenne - et encore, celle-ci a refusé de donner accès aux documents de 2017, l’année la plus importante, en invoquant une « surcharge de travail » - , les lobbies industriels et financiers ont été associés à toutes les négociations. Entre 2013 et 2016, ils ont été présents à 190 réunions avec les directions de la Commission.
Les associations de consommateurs, celles représentant l’intérêt général, le grand public, les ONG n’ont été invitées durant la même période qu’à 4 % des réunions. Quant aux syndicats, aucune direction, aucun membre de la Commission européenne n’a jugé utile de les convier, ne serait-ce qu’une fois."

Il nous paraît très inquiétant de constater les mensonges délibérés de responsables politiques, tels ceux proférés par Emmanuel Macron et Pierre Moscovici, qui déclaraient - voir les 2 vidéos suivantes en lien avec le CETA* - vouloir impérativement avoir, à l'avenir, concernant notamment les accords de libre-échange, des procédures beaucoup plus transparentes et démocratiques vis-à-vis de la société civile, tout en sachant très bien qu'ils ne tiendraient pas leurs promesses !
Les négociations en catimini, puis la récente signature du JEFTA en pleine période estivale, en sont des exemples insupportables, indignes de responsables politiques !


Autre mesure totalement antidémocratique :

"Présenté comme un simple accord commercial, relevant des prérogatives [exclusives] de la Commission européenne, le JEFTA sera donc simplement soumis au vote du Parlement européen, le plus rapidement possible, sans qu’à un moment ou à un autre les parlements des États membres soient consultés.
Ainsi, plus de risque de voir un Parlement wallon décortiquer pendant des semaines un accord, en en posant tous les termes sur la table, à la connaissance du public, et plus de risque de blocage institutionnel."

 



ITALIE-CETA. Le 13 juillet 2018. Le gouvernement italien confirme le rejet de l’accord de libre-échange UE-Canada

Le vice-premier ministre italien, Luigi Di Maio a confirmé que la majorité parlementaire rejetterait le CETA, mettant ainsi en danger son existence même. Le CETA, signé en octobre 2016 entre l’UE et le Canada et approuvé en février 2017 par le Parlement européen, doit encore être ratifié par chaque Parlement des vingt-huit pays de l’Union européenne (UE) pour être valide, même s’il est entré en vigueur de manière provisoire depuis le 21 septembre 2017. Pour le moment, il a été ratifié par une dizaine de pays.
« Etre ici, pour moi, signifie revendiquer un peu de souverainisme sain. (...) Si tu t’occupes de produits italiens sur le marché, tu cherches à les défendre. (...) Nous devons défendre l’Italie et l’économie italienne », a déclaré M. Di Maio, qui est aussi ministre du développement économique et du travail.https://www.lemonde.fr/economie-mondiale/article/2018/07/13/le-gouvernement-italien-confirme-le-rejet-de-l-accord-de-libre-echange-ue-canada_5330974_1656941.html

Vidéo du 20 juillet 2018 avec Luigi Di Maio : "Nous évaluons le Ceta dans son ensemble. Le Canada exporte des céréales traitées au glyphosate et leur viande est pleine d'hormones. Il y a un problème de santé et un problème concernant la partie la plus faible de la chaîne d'approvisionnement qui serait abattue par le CETA." https://www.youtube.com/watch?v=j9Cz9qx05HU



Pour rappel :

Le 23 mars 2017, Emmanuel Maurel, eurodéputé socialiste français, interpellait la Commission européenne concernant la rupture de l’application provisoire du CETA : http://emmanuelmaurel.eu/rupture-de-lapplication-provisoire-ceta/

 
Le 17 janvier 2018, la Commission des affaires étrangères de l'Assemblée nationale française auditionnait le Commissaire européen Pierre Moscovici, qui répondait à Jean-Luc Mélenchon et Clémentine Autain :

Première réponse de M. Moscovici : "Que se passe-t-il si le CETA n'était pas ratifié par un Etat membre de l'UE ? Vous savez qu'il est en "Application provisoire", s'il n'y a pas de ratification, l'Application provisoire perdure. C'est ce qui s'est passé pour d'autres accords."

Seconde réponse de M. Moscovici : "…Mais imaginons qu'un Parlement refuse de ratifier le CETA, ce qui à mon avis n'est pas souhaitable pour le Parlement français [Surprisedndlr], mais c'est vous qui en déciderez […] Il y a une déclaration du Conseil [européen] sur ce sujet, annexée à la décision de signer le CETA qui explique comment les choses se passeraient dans ce cas de figure qui ne s'est jamais produit : il faut d'abord qu'un Etat membre notifie son incapacité de façon permanente et définitive à ratifier le CETA. Par exemple à cet Etat de gérer sa procédure parlementaire, il peut y avoir plusieurs votes, et c'est la responsabilité de chaque Etat membre de décider de cela […] Si un Etat membre […] considère qu'il est dans l'impossibilité permanente et définitive de ratifier un accord commercial, en particulier le CETA, il faut alors qu'il le notifie au Conseil [européen], et dans ce cas de figure, oui, l'accord provisoire tombe." https://www.youtube.com/watch?v=AAfOCAbcT4s

 

 

Le 30 janvier 2018. Suite à l'audition de M. Moscovici, voici un communiqué de la Commission européenne, par sa Représentation en France : https://ec.europa.eu/france/news/20180130_decodeursue_parlement_ceta_fr

 


 

La clause d'arbitrage Investisseurs-Etats dans le CETA

  • La Cour de Justice de l'UE doit encore vérifier la compatibilité de l'ICS (clause d'arbitrage Investisseurs-États) avec les traités européens. Son avis est attendu pour le printemps 2019. Divers pays ont déjà ratifié le CETA sans attendre l'avis de la CJUE !
 

Accords de nouvelle génération & mécanisme de règlement des différends Investisseurs-Etats, rappels :

  • Le 16 mai 2017. Smile Libre-échange : pas de « compétence exclusive » de l’UE sur les accords de nouvelle génération.

La Cour de justice européenne a publié, mardi 16 mai, un avis crucial pour la politique de libre-échange de l’Union européenne (UE). L’instance de Luxembourg estime que le traité signé entre Singapour et l’UE en septembre 2013 « ne peut pas, dans sa forme actuelle, être conclu par l’UE seule ». La conséquence ? Elle est très concrète : tous les accords commerciaux dits de « nouvelle génération » que conclura à l’avenir l’UE (par l’intermédiaire de la Commission), devront, pour entrer en application, être validés non seulement par le Conseil (les dirigeants européens) et le Parlement de Strasbourg, mais aussi par la trentaine de parlements nationaux de l’UE.[…]

L’avis de la Cour confirme les « compétences exclusives » de l’UE pour toute une série de dispositions des accords commerciaux : les accès privilégiés aux marchés publics européens, les accords en matière de propriété intellectuelle, de protection des investissements ou les objectifs de développement durable.
En revanche, pour deux volets précis de l’accord avec Singapour, l’UE « n’est pas dotée (…) d’une compétence exclusive, à savoir [dans] le domaine des investissements étrangers autres que directs (investissements “de portefeuille” opérés sans intention d’influer sur la gestion et le contrôle d’une entreprise) et [dans] le régime de règlement des différends entre investisseurs et Etats ».[…]

Embarassed... Charles de Marcilly, de la Fondation Robert Schuman, juge que la Commission européenne pourrait à l’avenir contourner la difficulté politique et procédurière introduite par la Cour en dissociant les parties des traités à ratifier. « L’institution pourrait choisir de ne pas introduire dans l’accord commercial principal les règlements des différends, afin de n’avoir, dit-il, que ces derniers à présenter à la ratification des parlements nationaux. » https://www.lemonde.fr/economie/article/2017/05/16/libre-echange-pas-de-competence-exclusive-de-l-ue-sur-les-accords-de-nouvelle-generation_5128392_3234.html

 

  • Le 6 mars 2018. Twitt de Mathilde Dupré de l'Institut Veblen : "La Cour de justice de l'UE déclare la clause d'arbitrage d'investissement ISDS entre les Pays Bas et la Slovaquie incompatible avec le droit européen. Cette décision est cruciale aussi pour la saisine CJUE de la Belgique sur l'ICS dans le CETA !".  https://twitter.com/mathilde_dupre_?lang=fr
 

Nouvelle approche dans la conclusion des futurs accords commerciaux de l'UE !!
 
Yell Le 22 mai 2018. Les ministres du Commerce de l'UE ont validé une nouvelle approche dans la conclusion des futurs accords commerciaux de l'UE qui permettra de se passer, selon les cas, de leur ratification par les Parlements nationaux afin d'accélérer les discussions. A l'avenir, la Commission proposera de scinder les accords commerciaux en deux. https://www.rtbf.be/info/economie/detail_l-ue-pourra-conclure-ses-prochains-accords-commerciaux-sans-parlements-nationaux?id=9924433  
   

 

FRANCE. Affaire Benalla-Macron. Le 25 juillet 2018, le président Emmanuel Macron déclarait être "le seul responsable de cette affaire". https://www.youtube.com/watch?v=_e0XFhEmiS4

 


 

France - Glyphosate

 

Le 22 juin 2018. Reporterre. Nicolas Hulot et Stéphane Travert annoncent un plan d’action pour la sortie du gyphosate https://reporterre.net/Nicolas-Hulot-et-Stephane-Travert-annoncent-un-plan-d-action-pour-la-sortie-du

Le 22 juin 2018. Communiqué de France Nature Environnement, fédération française des associations de protection de la nature et de l'environnement. "Glyphosate : le gouvernement donne un chemin mais oublie d'imposer la destination [...] Mais si la détermination sur ce sujet est aussi forte que celle qui vient d’être annoncée, alors il faut inscrire l’interdiction dans la loi pour envoyer un message clair". http://civicrm.fne.asso.fr/civicrm/mailing/view?reset=1&id=8064


Note de l'Adetra
: il existe des alternatives à l'agrochimie depuis presque un siècle : l'agriculture biologique et biodynamique. Or, nous craignons que les alternatives prévues par le gouvernement de M. Macron ne soient à nouveau des produits issus de l'agrochimie et des manipulations génétiques.

D'autre part et pour rappel, le gouvernement de Macron qui avait proposé un "renouvellement" du glyphosate au sein de l'UE, a une grande part de responsabilité dans la décision prise, le 27 novembre 2017, d'un "renouvellement de l'autorisation" de cette substance pour une durée de 5 ans au sein de l'UE *. Dans la foulée, ce même 27 novembre, Macron annonçait par un twitt : "J’ai demandé au gouvernement de prendre les dispositions nécessaires pour que l’utilisation du glyphosate soit interdite en France dès que des alternatives auront été trouvées, et au plus tard dans 3 ans." Soit, une proposition opposée à la précédente !!

* Le 28 novembre 2017, interview de Yannick Jadot, eurodéputé :
On pouvait gagner au niveau européen, la France n'a pas porté cette "interdiction" au niveau européen (à 03:07) https://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/pesticides/glyphosate/les-4-verites-glyphosate-monsanto-a-gagne-au-niveau-europeen-et-la-france-a-perdu_2489345.html

Conjointement, il faut aussi prendre en considération le fait que Macron est un fervent partisan des accords de libre-échange dans leur forme la plus antidémocratique; avec le mécanisme d'arbitrage privé ISDS-ICS, ainsi qu'une "compétence exclusive de l'UE" sur ces accords https://www.youtube.com/watch?v=iXrxn1cv6Fg   
Or, ces accords ont été conçus par et pour les multinationales !  Donc, dossier à suivre !

 

La France a-t-elle le pouvoir d'interdire le glyphosate sur son territoire ?

L'organisation Foodwatch défend les droits des citoyens et citoyennes, consommateurs et consommatrices, à plus de transparence dans le secteur alimentaire et à l’accès à une alimentation saine.
Le 6 novembre 2017. Présentation de la "coopération réglementaire" : un pouvoir sans précédent accordé aux lobbies
La coopération réglementaire garantit aux lobbies un accès à l’élaboration des réglementations et projets de lois. Les lobbies seront consultés, pourront faire des commentaires et exiger des réponses - mécanisme appelé ‘notice and comment’ outre Atlantique - en amont du processus. Leur rêve : pouvoir freiner ou même bloquer de nouvelles règles et être quasiment corédacteurs des nouvelles lois. La Chambre de commerce des Etats-Unis a d’ailleurs qualifié la coopération réglementaire de "cadeau qui ne cesse de rapporter gros". https://www.foodwatch.org/fr/s-informer/topics/traites-ceta-et-tafta/en-savoir-plus/la-cooperation-reglementaire-un-pouvoir-sans-precedent-accorde-aux-lobbies/


Le 17 avril 2018. Article de Mathilde Dupré, chargée de campagne pour la responsabilité dans les accords commerciaux à l'Institut Veblen.
Pourra-t-on encore interdire le glyphosate avec le Ceta ?

Le Canada pourrait utiliser le dispositif de coopération réglementaire pour essayer de ralentir ou de bloquer l’adoption par la France d’une interdiction du glyphosate 
 https://www.alternatives-economiques.fr/pourra-t-on-interdire-glyphosate-ceta/00084199

https://twitter.com/Mathilde_Dupre_/status/986194192249638912

 


  

France - Environnement

 

Le 22 juin 2018. Article d'Actu-Environnement.com. La phrase que Nicolas Hulot souhaite inscrire dans la Constitution est-elle un "aimable baratin" ? https://www.actu-environnement.com/ae/news/tribune-arnaud-gossement-constitution-31535.php4

 

Le 22 juin 2018. Mediapart. Le blog de Paul Cassia, professeur des universités en droit. L’exécutif instrumentalise l’environnement pour faire sa com’ https://blogs.mediapart.fr/paul-cassia

 


 
Conflits d'intérêts en Macronie
Twitter d'Alexis Poulin, journaliste, directeur de la publication du site Le Monde Moderne, et expert en politiques européennes : https://twitter.com/Poulin2012/status/1004650358822637569




 
France. PESTICIDES NEONICOTINOÏDES NEUROTOXIQUES

Les apiculteurs sont en détresse : 20'000 ruches mortes en Bretagne ce printemps 2018, c'est l'hécatombe !

Le 24 mai 2018, rencontre entre Yannick Jadot, Joël Labbé, sénateur écologiste, et des apiculteurs du Centre Bretagne. Vidéo avec François Le Dudal, apiculteur à Cohiniac http://www.letelegramme.fr/cotesarmor/abeilles-yannick-jadot-a-l-ecoute-des-apiculteurs-27-05-2018-11972542.php

 
Le 27 mai 2018. Joël Labbé, sénateur écologiste du Morbihan et parlementaire le plus en pointe sur la question des néonicotinoïdes, explique comment l’industrie de la chimie propose sans cesse de nouvelles molécules destructrices. Considérant les pratiques positives et productives de l'agriculture biologique, il demande d'en finir avec l'agrochimie très rapidement, d'accélérer la transition de l'agriculture et de soutenir l'aide à la conversion. https://www.facebook.com/yannick.jadot/videos/1586135558179734/

http://www.joellabbe.fr/category/presse-medias/articles/

 


France. Assemblée nationale. Le 28 mai 2018, la Loi sur l'alimentation et agriculture est votée
Yell Les députés de la majorité enterrent la promesse de M. Macron sur le
GLYPHOSATE

 

NOUVEAU SCANDALE ANTIDEMOCRATIQUE AUTOUR DU GLYPHOSATE !
Episode précédent : grave ingérence des lobbies des pesticides dans la souveraineté de l'Assemblée nationale
http://lcp.fr/la-politique-en-video/divulgation-un-lobby-dun-amendement-interdisant-le-glyphosate-batho-denonce

  • François Ruffin : "Tout est dit: que, sur un thème aussi important, 85 députés soient présents, sur 577, ça semble donc parfaitement convenir au président de l’Assemblée." https://francoisruffin.fr/glyphosate/ (= près de 15% de l'ensemble des députés)

  • Le 31 mai 2018, article paru dans Le Nouvel Obs https://www.nouvelobs.com/planete/20180531.OBS7508/les-deputes-insoumis-expliquent-pourquoi-ils-etaient-absents-pour-voter-contre-le-glyphosate.html

    • Réaction de la députée FI Mathilde Panot "Sur ce projet de loi, comme sur celui du logement, nous siégeons du lundi au dimanche de 9h30 à 1 heure du matin sans discontinuer. Or, lundi à 1 heure moins deux minutes, François de Rugy a décidé de poursuivre la séance jusqu'à 2 heures pour que le débat et le vote sur le glyphosate aient lieu en pleine nuit en catimini ! Ces conditions de débats sont donc déplorables."

    • Réaction du député En Marche Matthieu Orphelin "On discute donc de la question du glyphsate à 1h40 du matin. Tout est normal."


 
FRANCE
Smile Samedi 26 mai 2018 : Manifestation unitaire dans 90 villes de France, avec la participation d'une soixantaine de groupes politiques, syndicaux et associatifs

Interview de Pierre Laurent, secrétaire national du PCF http://video.lefigaro.fr/figaro/video/pierre-laurent-la-principale-revendication-est-l-abandon-de-la-politique-d-austerite-du-gouvernement/3527389453001/

Interview de l'eurodéputé socialiste Emmanuel Maurel, favorable à une fédération des revendications : http://video.lefigaro.fr/figaro/video/manifestation-du-26-mai-macron-est-plus-a-droite-que-sarkozy-estime-emmanuel-maurel/5789985442001/

Réactions de Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, François Ruffin, député national FI, et Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT http://video.lefigaro.fr/figaro/video/maree-populaire-a-paris-les-reactions-de-philippe-martinez-francois-ruffin-et-pierre-laurent/5790012477001/
 
 
FRANCE - Glyphosate - Grave ingérence des lobbies des pesticides dans la souveraineté de l'Assemblée nationale

 
FRANCE :
 
Smile Le 13 mai 2018. Manifestation nationale contre E. Macron : «Un an de Macron, ça suffit !» https://paris.demosphere.eu/rv/59822

Manifestations suivantes: 14 mai: cheminots15 mai: santé22 mai: fonction publique26 mai: tous ensemble

 
Smile Le 5 mai 2018. FRANCE - STOP-MACRON !!! "On était 160 000 à Paris pour faire #LaFêteAMacron ! Merci à ceux qui sont venus, et à ceux qui n'ont pas pu venir. Merci à ceux qui luttent et à ceux qui les soutiennent."

Article paru dans POLITIS : https://www.politis.fr/articles/2018/05/le-pari-reussi-de-la-fete-a-macron-38796/

 
Smile Liste des grèves nationales du 3 mai au 28 juin 2018
http://www.cestlagreve.fr/lieu/nationale/



 
Yell Le 2 mai 2018, article paru dans le magazine Marianne : Lors de son entretien avec le magazine américain "Forbes", le président Macron développe longuement sa vision de l'économie française. La "disruption" et la libéralisation y sont jugées indispensables pour adapter le pays à la marche du monde. Aux critiques, Emmanuel Macron répond en 2018 comme Margaret Thatcher dans les années 1980 : "Il n'y a pas d'alternative". [...]

La vision du président français consiste à présenter les réformes libérales, non pas comme des choix politiques, mais comme des étapes indispensables ne souffrant pas d'être discutées "La seule manière de procéder, selon moi, est d'expliquer au peuple français que nous mènerons ces réformes, sans aucun doute", martèle Macron, évoquant la réforme de la SNCF et toutes celles qui auront trait aux "services publics". https://www.marianne.net/politique/dans-forbes-un-macron-obsede-par-la-disruption-et-plus-thatcherien-que-jamais


Note de l'Adetra
: nous pensons que la réforme de la
SNCF représente pour M. Macron un test devant lui permettre de déterminer s'il lui sera possible, dans un second temps, de libéraliser une majorité des "services publics", notamment par l'accord TISA !

Nous pensons en effet que la France aura beaucoup de poids et d'influence dans la décision d'une éventuelle reprise des négociations de TISA, accord dont le contenu est gardé secret alors que les peuples sont les premiers concernés !

Nous considérons que ces négociations ne devraient pas pouvoir reprendre dans l'immédiat, face à un mouvement de contestation sociale devenu assez important en France. Dans le cas contraire, une nouvelle provocation de la part du gouvernement français pourrait bien mettre davantage le feu aux poudres !


Les fuites de Wikileaks sur TISA : https://wikileaks.org/tisa/releases/

 



 Smile 

Le 27 avril 2018. Victoire : l’UE interdit trois pesticides tueurs d’abeilles ! Les gouvernements européens se sont prononcés aujourd’hui à Bruxelles en faveur de l’interdiction de trois néonicotinoïdes particulièrement dangereux pour les abeilles : l’imidaclopride, le clothianidine et le thiamétoxame, fabriqués par les géants de l’agrochimie Bayer et Syngenta. https://www.greenpeace.fr/victoire-lue-interdit-trois-pesticides-tueurs-dabeille/

 



 

Smile Le 20 avril 2018. Facebook de Yannick Jadot, eurodéputé Europe écologie Les Verts : Philippe Lamberts était en direct.

"Suite au discours que j’adressais au Président français Emmanuel Macron cette semaine [au Parlement européen, voir ci-après], j'ai reçu de nombreux commentaires, questions et messages de soutien, j'ai privilégié le format du facebook live afin de répondre au plus grand nombre d'entre vous. Nous tâcherons de répondre à tous vos messages dans les jours à venir. Vous pouvez retrouver mes réponses à vos questions dans la vidéo ci-dessous. Merci pour votre soutien."

"Le premier point d'ancrage du discours que j'ai commencé à avoir en tête dès le mois de décembre, c'est : "Ces gens qui ne sont rien". Pour moi, dont la boussole politique est l'article 1 de la Déclaration universelle des droits de l'homme, c'est-à-dire l'affirmation de l'égale dignité de tous les être humains présents et à venir, oser affirmer que des humains ne sont rien, c'est l'insulte absolue, c'est l'antinomie absolue avec mes valeurs politiques. Et cela, je savais que ce serait le point culminant du discours, d'emblée." https://www.youtube.com/watch?v=B-SBJjIjqYY

PS : désolé pour les petits problèmes d'orientation d'image; ne vous découragez pas ils sont corrigés dans les premières minutes du live.

https://www.facebook.com/philippelambertseurope/videos/1121556411319247/UzpfSTQ3MjU5OTY4OTUzMzMzMjoxNTUxMzQyNjExNjU5MDI5/

 

Voir aussi le discours de Philippe Lamberts à Charles Michel, Premier ministre de Belgique (chef du gouvernement fédéral du Royaume de Belgique) sur le futur de l'Europe : https://www.facebook.com/philippelambertseurope/videos/1128908897250665/

Le 3 mai. Réponse de Charles Michel à l'interpellation de Philippe Lamberts : https://www.facebook.com/philippelambertseurope/videos/1135817293226492/

 



   

Smile FRANCE - 130 manifestations ce 19 avril 2018 !
http://www.frontsyndical-classe.org/2018/04/130-manifestations-ce-19-avril.html

Paris : http://www.liberation.fr/france/2018/04/19/manif-a-paris-cette-mobilisation-me-donne-du-courage_1644433

Marseille. Cheminots, organisations syndicales, fonctionnaires, et étudiants sont à nouveau mobilisés dans la rue ce 19 avril contre la politique du gouvernement Macron-Philippe. Vidéos. http://www.lamarseillaise.fr/marseille/societe/69479-direct-suivez-la-manifestation-du-19-avril-a-marseille

 

 

Smile Au Parlement européen, le porte-parole des eurodéputés écologistes critique la politique menée par Emmanuel Macron et son gouvernement

Le 17 avril 2018. Excellente intervention de l'eurodéputé écologiste Philippe Lamberts, co-Président du groupe des Verts/ALE : "Dans votre France, l'État de droit, garant de nos libertés, s'éloigne jour après jour." https://www.facebook.com/philippelambertseurope/videos/discours-%C3%A0-emmanuel-macron/1119920361482852/

 
SmileParlement européen, le 17 avril 2018, 3 eurodéputés sans langue de bois face à Macron : Younous Omarjee, membre de la France Insoumise, Patrick Le Hyaric, membre du PCF, président & directeur du groupe L'Humanité, et Philippe Lamberts, membre du parti écologiste. https://www.youtube.com/watch?v=WHB4DWInxCM

 
Parlement européen, le 17 avril 2018. Débat intégral entre Emmanuel Macron et les eurodéputés sur l'avenir de l'Europe (3h20') https://www.youtube.com/watch?v=TX4N53KEPhc

 
Smile Le 17 avril 2018. Vidéo de l'Humanité. Après le passage du président français devant le Parlement européen, trois eurodéputé.e.s réagissent. Avec Michèle Rivasi ( Verts-ALE ), Marie-Pierre Vieu ( GUE-GVN ), et Jean-Paul Denanot ( S et D.) Débat animé par Jean-Jacques Régibier, journaliste. Que valent les discours d'Emmanuel Macron sur l'Europe ?
https://www.youtube.com/watch?v=T-TblXNJzn8

 


 
FRANCE - UNE LUTTE CAPITALE :

Smile Samedi 14 avril 2018, Manifestation à Marseille

LIBERATION : "Il fallait faire un exemple et c’est Marseille qui, ce samedi, a joué les laboratoires de la convergence des luttes. Près de 50'000 personnes, selon les organisateurs, ont répondu à l’appel d’une quinzaine d’organisations syndicales, associations et partis politiques - CGT, Sud-Solidaire, FSU, Unef, France Insoumise, Parti communiste, NPA, etc. pour dire : Stop à Macron". http://www.liberation.fr/france/2018/04/14/a-marseille-une-manif-laboratoire-de-la-convergence-des-luttes_1643438

Vidéo : https://actu.orange.fr/france/video-manifestation-a-marseille-jean-luc-melenchon-appelle-a-l-unite-contre-emmanuel-macron-CNT0000011qq3x.html

Le 14 avril, 2018, François Ruffin était l'invité de l'émission "On n'est pas couché".
Dès 41:30, voir les 2 témoignages d'un cheminot à la SNCF, membre de la CGT, et d'une employée et déléguée syndicale chez Carrefour. https://www.youtube.com/watch?v=gGL6NET6M14

 

Communiqué de l'Adetra : nous sommes très reconnaissants à tous celles et ceux qui s'engagent dans cette lutte si importante pour les droits sociaux et humains en France, lutte qui devrait entraîner des répercussions beaucoup plus larges.

En cas de victoire, cette mobilisation devrait donner un signal fort au gouvernement français, lui indiquant que le peuple n'accepte pas l'accord TISA, qui vise notamment à libéraliser les secteurs rentables de la majorité des services publics.

Les négociations de TISA sont suspendues depuis décembre 2016. A présent, les USA prévoient de prendre une décision quant à leur éventuelle reprise, dont on peut craindre, si elle était effective, qu'elle ne soit suivie d'une rapide signature et mise en application.

L'accord TISA, pouvant être considéré comme une sorte de constitution supranationale, rendrait dès lors toute opposition citoyenne beaucoup plus difficile qu'elle ne l'est aujourd'hui.

L'accord TISA n'ayant pas de chapitre sur l'investissement, on ne peut exclure qu'il soit considéré, au moment de son éventuelle signature, comme un « accord non-mixte », ne relevant que de la seule compétence de l’UE ! Dans ce cas, il ne serait alors pas soumis à la ratification des 38 Parlements nationaux et régionaux compétents des Etats membres de l'Union européenne !
(quant au CETA, il s'agit d'un accord "mixte" impliquant une longue procédure de ratification).

L'accord TiSA devrait comporter un système de règlement des différends Etat contre Etat, selon une procédure d’arbitrage «diplomatique» entre pays : http://trade.ec.europa.eu/doclib/docs/2016/november/tradoc_155095.pdf